27/03/2014

Bonjour je reviens sur es mots relevés il y a quelques jours.

Voilà les mots

-------------------------------------------

Eloge-Egérie-Elément-Engorgée-Ermite.

Gorge-Grogne-Grenier-

Logement- Lingerie- Limogée.

Mérite-Mollets- Montre- Morigéné- Motel- Morte

Ronger-Rogner-

---------------------------------------------

texte n°1

L'Eloge, ah! parlons en, oui la petite Mireille en a reçu plus qu'elle n'en méritait:

Elle ne se rendait pas compte, qu'elle était manoeuvrée par un homme sans scrupule, et qui se moquait d'elle sans même se cacher.

Elle pensait la pauvre petite, qu'elle était son Egérie, que grâce à elle il avait un bureau qui marchait bien.

Ce qu'il voyait lui, qui avait l'habitude, de manipuler le personnel de son bureau,les femmes,

essentiellement, c'était leur silhouette, là il était dans son élément.

Pauvre Mireille!...

L'Engorgement de son bureau, ne lui faisait pas peur, elle travaillait d'arrache pied, pour mériter, l'éloge  dont elle était si fière.

Elle n'a jamais compris ni même supposée que si son chef faisait si souvent tomber des papiers et élui demandait de les ramasser, elle le faisait de bonne grâce, c'était

pour qu'il puisse voir son intimité, et oui! elle portait un  string, et le sien était si petit qu'il ne cachait pas grand chose.

Bon le chef n'était pas totalement à blâmer, elle le cherchait.

Il aurait fallut être un Ermite, pour resister. mais jamais il ne lui a éffleuré ne serai ce que les fesses.

Un jour n'y tenant plus, il l'entraina, dans une petit pièce meublée d'une table et d'une chais, l'a prit à la Gorge, et la viola.

 Elle se retrouva meurtrie, ne respirant que difficillement, et dépucelée .

Pas de string dans les bureaux c'est une tentation dangeureuse, mesdemoiselle..

****************************

texte n°2.

--------------------------------

Oh! je Grognes, oui ça m'arrive, pas trop souvent mais là: je ne suis pas contente.

Des voisins de l'immeuble, ont décidés de squatter le grenier!

Comme s'il n'y avait pas assez de logements vides dans le quartier, nous, notre immeuble , tous les logements sont loués. Ils n'ont pas de places pour faire leur dressing, Ils n'ont qu'à mettre des armoires, mais non :" j'aime mettre ma lingerie sur des plateaux, que l'on rentre sur des tringles. Bof, si ça vous plait!... mais vous comprenez? NON?, c'est votre

grenier, qu'il me faut c'est celui qui me convient le mieux". J'avoue que je suis restée sans voix. Mme Chose, machin truc, .Où travaillez vous? fallait bien que je sache à qui j'avais à faire, oh! je cherche du travail parce que j'ai été limogée!..... Folle de rage pour le toupet de cette Nana, je lui répondit:" Tout ce que vous méritez c'est un coup de pied!....... là je me repris, et lui dis:" dans les mollets;"  puis je lui ais tournée le dos et suis dignement descendu chez moi, sans claquer la porte car je n'aime pas ça.

-------------------------------

Texte n°3

***********************

Ah! la médaille du Mérite, agricole, qu'est qu'il peut la regarder mon père. Elle est posée sur du velours rouge dans un cadre doré dans le salon et c'est lui qui l'entretien. Ma mère, n'est rien bien sûr, elle a travaillé comme une malheureuse pour entretenir cette ferme, et s'occuper de la basse-cour, et aider aux champs, bien sûr. Et faire la cuisine, s'occupper des enfants, Oh! ça me mets en colère lorsque je pense à tout ce qu'elle a fait, et sa vieille Montre s'est cassée, elle ne peut même pas aller en acheter une à un Prix-unic, à 5 euro, elle n'a pas un sou à elle. si elle est malade elle n'a pas la sécu...... Le village est au courant de celà et lorsqu'elle a mis ces enfants au monde, elle en a eu14, dont moi bien sûr et le village s'est mobilisé autour d'elle pour l'aider. Monsieur le Maire est venu pour morigéner, mon père

mais autant parler à une de ses vaches.

Un soir ma maman a disparu..... Tout le village la recherché sans succés Ils sont même allé dans le Motel tout proche, personne ne l'avait vu. Moi j'habite  la ville, à 250kms de la ferme, et le maire m'a téléphoné pour m'avertir de la disparition de ma maman.

Je suis vite venu et j'ai ratissé  partout avec les villageois et les gendarmes.

pendant 8 jours on n'a rien trouvé, puis c'est moi tout bêtement qui ai pensé au puit que l'on n'utilise plus depuis longtemps. Les pompiers appellés en renfort sont descendus, et c'est au fond qu'il l'ont retrouvé MORTE.......

    ***********************************

Bien sûr que ces trois petites histoires n'ont rien de commun avec ma vie ni celle des

gens que je connais je l'ai inventé Mais je ne voulais pas écrire de légèreté, ce sera pour une prochaine fois.

josettelausy.....auteur

blog:http://marrainesuisse.syknetblog.be

email: pierre-boni@bluewin.ch

Commentaires

Quelle imagination , :)
Ce soir je suis "lessivée" c'était carnaval à l'école de mon petit fils
Bonne soirée
@ bientôt

Écrit par : Rose | 27/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ils sont bien imagés tes textes Josette, on croirait vraiment du vécu bien que ce soit inventé et c'est cela qui fait les grands écrivains !!
Je ne sais pas où tu as pris ces mots pour faire tes textes car tu ne met pas l'adresse ou cet atelier se fait.......Si tu sais le faire (je pense que oui) ce serait bien que tu penses a mettre l'adresse du blog de l'atelier.......
J'aurai aimé le faire ceux là aussi
Je vais lire les autres ! Ce soir j'ai un peu de temps
Gros Bisous ma Josette ♥

Écrit par : Ghislaine | 28/03/2014

Répondre à ce commentaire

Oh pardonnes moi je n'ai pas pensé à celà j'ai cru que c'était de source car je mets un commentaire sur ton blog, avec mon nom pseudo et adresse de mon blog, mais pas du blog ou je l'ai trouvé. C'est souvent chez toi, sous une adresse ou une autre, mais chez toi
mais je vais le faire c'est promis.
Bisous de josette- marrainesuisse

Écrit par : marrainesuisse | 29/03/2014

Les commentaires sont fermés.