25/03/2014

Cette fois je vais écrireà missnefer

Bonsoir, que vais je écrire, qui soit dans la ligne indiquée par Miss Nefels

En me promenant le long de notre belle avenue, je fais du lêche vitrine.

Les vendeurs deux au total sont là qui regardent passer les gens sans que l'un deux ne s'arrête et entre.  Pourtant c'est alléchant; ces messieurs sont vétus avec une élégance rare, on pourrait les prendre pour deux mannequins.

mais non, l'un le plus grand donne des ordres à l'autre qui s'incline légèrement, et part dans le fond, mais qu'elle prestance, avec un peu de servilité quand même, je n'aime pas beaucoup celà. Dans le regard de celui que j'appellerai le Chef, je vois une certaine cruauté pourquoi?

Ah! je sens que je vais entrer, surtout qu'un musicien ambulant, s'installe à proximité de l'entrée du magasin.Quelle drôle d'idée, pourquoi si près de l'entrée? Je vois le chef le visage blanc de colère, mais tout à coup, le son de l'orgue de  barbarie  résonne,  oh que c'est désagréable ce son aigre et dur. Un policier vient demander sa carte, car il en faut une, au musicien.

Il n'en a pas et se fait embarquer par la police pour bruit sur la voie publique. Et ça me fait rire, car avec la circulation il y en a assez. Bref je reprend ma promenade, car je n'ai rien à faire dans ce magasin, le personnel ne me plait pas.

Plus haut dans la ville il y a trois églises une protestante, une catholique, la troisième une église juive.

 Je vais dans l'église catholique, c'est ma religion, elle est belle gothique, comme une

Cathédrale: des Gargouilles déversent le plein d'eau d'une averse soudaine,  des gouttières sont là pour canaliser le trop plein de pluie.

Heureusement que nous ne sommes pas dans un pays où la mousson sévit.

 l' alizé qui souffle du sud au nord, nous apporte un peu de douceur.

Une certaine moiteur, m'envahit et je ne supporte plus ma veste qui est trop chaude.

et me fait même oter ma petite laine, douce. et légère à la fois.

pardon je n'ai pas commencé par le A ni fini par le Z, ce doit - être sur une autre page d'écriture.

Bisous, et merci pour ce texte,

JosetteLausy   auteur

http://marrainesuisse.skynetblogs.be

 

Commentaires

Et bien ça c'est du texte
Tu es douée
Bonne soirée , je rentre d'une réunion et suis très fatiguée
Bisous

Écrit par : Rose | 25/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour mon amie Rose, heureuse de te lire, en cette fim de matinée le ciel n'est pas au beau fixe, mais il n'est pas gris. Il nous fait des petites fantaisies, comme le peintre sur sa toile. Un fondu de bleu avec une légère brume blanche, et par ci par là un peu de gris clair, ou plus foncé Les maisons sont à peine teinté et dehors il fait froid, +3° chaque année le printemps nous joue des tours, et nous ne pouvons rien il faut le prendre comme il est. Le pire c'est que nous ne sommes même pas égaux, devant ce temps capricieux, Nous nous avons de la chance, nous avons un abri. Un appartement confortable et bien chauffé. par la fenêtre, parfois je regarde, ce qui se passe dans la rue et je vois des gens passer, en trainant des pieds. Ils ont froid c'est évident. Bon chez nous les organisations sociales ne manquent pas, nous avons beaucoup de réfugiés clandestins, qui ne le sont plus quand ils sont en ville, car il faut les aider.Mais il y a aussi, les traines savates, qui, cherchent, ce dont ils ont besoin,
il y a des centres pour ceux là, ils savent, que tout est fait pour eux.
bon, j'arrête il est midi. l'assistante, ménagère est partie j'ai droit à cela tous les mercredi matin. et 3x par semaine, une assitante à la toilette vient pour mon mari.
gros bisous chère Rose, et merci pour tes commentaires tu es très gentille.
josettelausy

Écrit par : marrainesuisse | 26/03/2014

il est bien ton texte, l'orgue de barbarie, c'est relativement facile à placer, mais les gargouilles !!bravo chere Josette, j'espère que vous portez bien, bon mercredi et grosses bises (nous devions avoir la pluie, c'est le soleil, merci la météo)

Écrit par : jeanine et rené | 26/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.